samedi 10 mars 2012

Entretien avec Toutiraso par Christine Lara


Entretien avec Toutiraso est un témoignage mais aussi plaidoyer sensible et vibrant pour  que Tahiti retrouve le sourire.
Ces 178 pages, écrites en petits caractères, quasiment sans marge, représentent un grand et beau livre sur Tahiti, «Le pays où l'on ne sourit plus» ainsi que le présente le sous titre. 
La grandeur de ce livre tient d'abord à sa nature : ni tout à fait roman, ni tout à fait pamphlet, ni tout à fait conte philosophie, ni tout à fait plaidoirie, ni tout à fait oeuvre pégagogique, mais tout cela à la fois ! 
Un livre écrit pour faire tomber les barrières bien établies entre les genres et les disciplines. Il y a dans ce choix une volonté de retrouver une forme d'humanisme à travers un sujet qui peut être brûlant : Tahiti, son histoire, sa situation sociale, ses institutions scolaires mais aussi ses luttes politiques. 
Le livre est écrit sous forme de dialogues retraçant une rencontre imaginaire entre un homme d'aujourd'hui dénommé Lector, (mais qui aurait sans doute pu être appelé «Auctor») et Toutiraso, qui est, apprend-t-on dans ce livre, le nom que les Tahitiens ont donné dans leur langue au célèbre navigateur Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811).
Ce dialogue est l'occasion d'un remarquable point de vue sur Tahiti. Il est aussi une admirable introduction pour qui ignore tout de ce territoire d'outre mer lointain. Les titres de chapitre indiquent par eux-même l'ambition de ce livre : l'origine des Polynésiens, De la culture, De la religion, De la société, Jeux et enjeux politiques, De l'école, De la vie quotidienne. Ces titres, dont la forme évoque le beau langage de nos grands auteurs classiques, témoignent du souci stylistique que Christine Lara met dans son écriture : l'élégance et le rythme d'une passionnée. Derrière la forme austère du format des Editions Européenne : petits caractères et photos d'illustrations en noir et blanc se cache en effet la vigueur d'un style, les admirables figures d'une escrimeuse de la rhétorique qui ouvre largement ses portes à la parole de ceux que l'on n'entend trop peu. Le chapitre du livre le plus difficile à lire est la partie centrale : jeux et enjeux politiques. C'est la plus difficile, mais aussi la plus courageuse. Christine Lara livre un témoignage vibrant d'observatrice engagée. A qui veut comprendre la vie politique de ces territoires du pacifique ce chapitre est certainement essentiel. C'est cependant un plat de résistance que j'ai avalé non sans efforts. A qui n'est pas familier des sigles des partis politiques locaux, une attention scrupuleuse est requise pour ne pas se perdre.

Les deux derniers chapitres sur l'école et la vie quotidienne m'ont passionné par la pertinence et la sensibilité du regard porté. Je les ai lu rapidement avec cet enthousiasme que j'ai pu éprouver en lisant Victor Hugo. Deux chapitres qui approchent au plus près les réalités tahtiennes et invitent à trouver des solutions pour que Tahiti devienne à nouveau le pays où l'on sourit.

Loin des clichés de cartes postales, il y une réalité de Tahiti qui mérite d'être approfondie pour que la démocratie progresse. Christine Lara y contribue avec talent par son livre.
Cet ouvrage est à découvrir par tous ceux qui ont le souhait de mieux comprendre Tahiti. Une  bibliographie conséquente à la fin de l'ouvrage, permet en outre d'approfondir ces questions.

Pour acheter ce livre sur amazon.fr cliquez ici.

vendredi 27 janvier 2012

En ce mois de janvier 2012 trois nouvelles parutions sont annoncées par Les Editions du Paquebot : 
La Ravine, un recueil de poésies de Catherine LEMIRE illustré par Philip Doherty, 
Contes de Tanger, un recueil de nouvelles de Juan VEGA MONTOYA, 

et Correspondance né de la rencontre de Michel SURET CANALE et Stéphane LE PAPE. 
J'aurai l'occasion d'en reparler ici prochainement. Les librairies intéressées peuvent d'ores-et-déjà commander ces ouvrages auprès des Editions du Paquebot  en cliquant ici. 

jeudi 12 janvier 2012

Les Flammes du Passé de Christine Lara

Un roman palpitant, passionnant, admirablement écrit que je vous recommande. Entre roman policier, intrigue à enigme et fresque amoureuse à la manière d'Autant en emporte le vent Les Flammes du Passé est un roman à l'architecture solidement charpentée, écrit dans un style admirablement chaloupé.
Christine Lara, professeur de Lettres, Docteure en Science de l'Education, globe trotteuse de l'enseignement (elle a enseigné presque sur tous les continents : Guadeloupe, Tahiti, France métropolitaine, et j'en oublie sans doute...)
J'ai eu l'occasion de la découvrir en lisant son «Pour une réception communo-culturelle de la lecture, Etude d'Atala de Chateaubriand (L'Harmattan 2010) un ouvrage qui m'avait passionné et dont je reparlerai sans doute.
Christine Lara connaît bien Chateaubriand et l'a lu, bien lu et cela se sent. Il en reste quelque chose dans sa langue romanesque, celle qui vit, palpite, coule et vrombit dans «Les Flammes du Passé». Le nom de l'héroïne : Alana est clairement une allusion à Atala.
Car si cette langue est classique, belle prose, bien rythmée, ça palpite, ça chaloupe et ça vrombit dans ce roman qui se lit comme on se laisse absorbé par un bon film ; charme, danse, poursuite de voitures, mystère, exploration des enigmes du passé, tous les ingrédients d'un bon roman d'aventure sont présents. Ils sont agencés avec art, dans une intrigue qui sait toujours rebondir au bon moment. A la fin du roman, on regrette de déjà devoir quitter Alana sous le charme de laquelle on tombe dès le début du roman. Jeune professeure, aussi belle qu'intelligente, c'est elle qui mène l'enquête qui nous fait voyager dans le temps (l'arrivée de ses premiers ancêtres à La Guadeloupe) et dans l'espace : du quartier de La Défense vu de Courbevoie à La Nouvelle Orléans en passant par l'Afrique.

Merci Madame Lara pour ce beau moment de lecture qui m'a rappelé ces délicieux moments où enfant j'allais me réfugier à l'ombre d'un arbre silencieux pour savourer les Trois Mousquetaires. Mais ici D'Artagnan est une femme, et si elle est imbattable à l'escrime, c'est à celle des sentiments.

A qui veut découvrir La Guadeloupe, son charme et ses complexités à travers un regard aussi intelligent que sensible (celui de Christine Lara), je recommande vivement la lecture de ce livre d'une auteur qui écrit visiblement car elle aime ses lecteurs.
Pour l'acheter sur amazon.fr cliquez ici.

Bonne année 2012 à tous !

bonne-annee-2012.jpg
Bonne année 2012 à tous ! Et particulièrement à vous qui avez déjà lu et chroniqué «Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines» sur vos blogs et webzines (cliquez ici)
«Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines» (illustration de Myriam Saci, texte de Pierre Thiry) un livre qui a notamment été chroniqué sur Le Galion des EToiles, sur Les Lectures de Mina, sur Entre les Pages, sur le blog Sous le feuillage, sur le blog Les livres d'Aline, sur Les lectures de Lili, sur Le Blog Pop, Mode de Siana,  sur Emmène moi au Cinéma, sur le blog de Kitty la Mouette, sur le site de l'écrivain Delphine Lecastel sur Le Blog d'Eric Darsan,  sur  Thé lectures et macarons, sur Happy Housewife, ainsi que sur le blog Les Agents littéraires (qui l'a sélectionné parmi les trois livres jeunesse de sa boutique de Noël). Il fait également parler de lui sur les forums BabelioLivraddict, Le Club de lecture, et Au Chat qui lit.

Il est disponible sur la plupart des sites de ventes en ligne (Place des librairies, Decitre, amazon...) ainsi que sur commande dans toutes les bonnes librairies, par exemple à la Librairie Polis 21, rue Percière 76000 Rouen  02 35 36 63 14, la Librairie L'Armitière 88, rue Jeanne d'Arc 76000 Rouen Tel: 02 35 70 57 42.
Vous le trouverez également sur les étagère du Café Librairie Ici & ailleurs* 31, rue Damiette 76000 ROUEN, une librairie spécialisée en Thés, cafés et chocolats...